NOZ Barentin

Barentin (76) – Communiqué de presse du 20 décembre 2018.

Leader européen du déstockage depuis plus de 40 ans, NOZ ouvre en moyenne 2 magasins par mois en France. Le 16 octobre dernier, le cap des 300 magasins a été franchi à Gonfreville-L’0rcher (76). La commune de Barentin aurait pu, elle aussi, accueillir NOZ. Mais c’était sans compter l’opposition de son Maire lors de la CDAC (Commission Départementale d’Aménagement Commercial).

Un refus en CDAC puis en CNAC

Le futur local de NOZ était trouvé (boulevard de Normandie), le compromis de vente signé, les travaux d’aménagement planifiés, la demande d’autorisation de création faite dans les règles de l’art : rien ne laissait présager un refus de la CDAC et en particulier l’opposition du maire de Barentin. Lors de la réunion de la Commission le 4 septembre 2018, trois personnes ont voté pour le projet de création d’un magasin NOZ : les représentants des deux associations de consommateurs (UFC Que Choisir et INDECOSA-CGT) et la représentante du président du Conseil Régional. Mais les trois autres personnes, dont le représentant du maire, ayant voté défavorablement, la règle veut que l’autorisation soit refusée.

Face au refus de la CDAC, NOZ a saisi la CNAC (Commission Nationale d’Aménagement Commercial). La décision est tombée en décembre : la CNAC a, contre toute attente, confirmé la décision de la CDAC.

Les consommateurs privés de NOZ

Quand NOZ arrive en ville, c’est un événement pour les adeptes de l’outlet (le déstockage). La nouvelle se partage comme une traînée de poudre, notamment sur les réseaux sociaux. Le credo de NOZ : offrir les meilleures affaires à ses clients. « Heureusement que NOZ existe pour nous, petits salaires, en Province… », témoigne une cliente de NOZ Lannion dans le reportage diffusé le 29 novembre dernier dans le JT de 13h sur TF1. Le journaliste commente : « Au vu de leur pouvoir d’achat, les magasins de déstockage alimentaire sont une aubaine pour de nombreuses personnes dans le pays. Les clients sont à l’affût de bonnes affaires. » Une aubaine en temps de crise : oui, mais pas à Barentin…

Pourquoi cette opposition du maire de Barentin ?

Les raisons invoquées dans la décision de la CDAC mettent notamment en avant le « flux supplémentaire de 108 voitures par jour ». Peut-on reprocher à NOZ de proposer une offre attractive aux consommateurs locaux ?

Soucieux de comprendre l’opposition de Michel Bentot, un représentant de NOZ a sollicité un rendez-vous avec lui. Michel Bentot n’a pas souhaité le rencontrer. L’enseigne, accueillie à bras ouverts dans de nombreuses communes françaises, reste à Barentin avec ses interrogations et son incompréhension.

Rédigé le 20 décembre 2018 par NOZ dans : Communiqués de presse

Commentaires

7 ont réagi à cet article

C’est bien dommage, d’autant que les » concurrents » de Noz sont sur d’autres parties des zones commerciales de Barentin. Il n’y a pas de gêne et oui, Noz était attendu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Tous les champs sont obligatoires